Claudine Seyfried

A l’écoute des récits de voyage de mon père, pendant mon enfance, le mot même de voyage a toujours un effet magique sur moi et il me fait rêver.

Les récits d’aventure de Nicolas Bouvier, de Théodore Monod ou d’Isabelle Eberhardt m’inspirent et me poussent vers l’inconnu.

Mes voyages ont alors un gout d’aventure. Ils m’ouvrent les yeux sur le monde, me permettent de découvrir et de mieux comprendre qui nous sommes réellement.

J’apprends à accepter les risques, à relativiser, à me recentrer sur les choses importantes de la vie, et puis on se découvre de nouvelles aptitudes, la patience, la solitude et le rythme de mes voyages changent …

C’est au cœur du massif du Haut Atlas, dans la Vallée des Roses que je fais la rencontre d’une famille berbère où naît une vraie amitié. C’est là, pour le moment, que j’ai posé mon sac.
Le voyage se poursuit, autrement, devient plus actif, plus humaniste.

a-propos-de-moi